Villepin fixe une feuille de route jusqu'en 2012

Publié le par rezeid

 

Le premier ministre a profité de ses voeux à la presse pour préciser ses priorités et fixer des objectifs pour les cinq années à venir.

 

- Chômage : Dominique de Villepin se réjouit que la France approche du taux de chômage le plus bas depuis un quart de siècle. Son objectif : 6 % en 2012. Il plaide également pour des allocations chômage «plus incitatives». «Pourquoi ne pas ouvrir le droit à l’assurance chômage dès le 4e mois au lieu du 6e, pour tenir compte des contrats courts ?» a-t-il lancé comme piste. Contre le chômage des jeunes, il veut poursuivre «la réforme de l'orientation» et «diviser par trois d'ici à 2012 le nombre de jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme ni qualification». Cela supposera «une réforme en profondeur des universités et des grandes écoles: peut-on gagner la compétition universitaire internationale avec les mêmes règles de gestion et d'administration?», s'est-il demandé.

 
- CNE : Il préconise un «élargissement» de cette mesure en vigueur depuis aout 2005, en concertation avec les partenaires sociaux.
 
- Croissance : il souhaite passer de 2 à 3 % de rythme de croissance par an. Une conférence sur ce thème sera organisée dans quelques semaines. «Nous devons sortir du capitalisme de spéculation pour construire un capitalisme salarial», a-t-il ajouté.
 
- Désendettement : «Chaque euro attribué pour la dette, nous le donnons en moins pour les Français», a t-il rappelé. Son objectif est de ramener le niveau de la dette à 55 % du PIB en 2012.
 
- Impôts : le premier ministre se prononce contre toute suppression des baisses d’impôts décidées depuis 2002, comme l’envisage le PS. «La fiscalité ne doit pas décourager les Français. Elle doit être simple et plus visible», a-t-il précisé.
 
- Constitution européenne : «Notre « non » nous a affaibli, par exemple pour la politique monétaire», constate le premier ministre. Il plaide pour la mise "en chantier" d'un "nouveau projet institutionnel" européen "en liaison avec" les partenaires de la France, "en particulier l'Allemagne", et qui devra à ses yeux être ratifié par "référendum".

Publié dans Présidentielles2007

Commenter cet article