Villepin ou la vision du Monde

Publié le par rezeid

Jugeant que les Etats-Unis ont "échoué" en Irak, le Premier ministre français Dominique de Villepin estime que la situation ne s'améliorera pas dans ce pays si le retrait des soldats étrangers n'intervient pas d'ici un an.

"Si vous ne dites pas que dans un an, il n'y aura plus de troupes américaines ou britanniques en Irak, il ne se passera rien en Irak excepté plus de morts et de crises", déclare M. de Villepin dans un entretien diffusé mardi soir sur le site internet du Financial Times. "Pourquoi? parce que personne ne prend de responsabilité et même, certaines personnes alimentent la crise".

"Je crois que nous sommes bien placés aujourd'hui, avec la communauté internationale et les Etats-Unis, pour changer la situation en Irak", souligne Dominique de Villepin, en se refusant à tout fatalisme. "Je pense aujourd'hui que c'est possible".

Mais "le point de départ" doit être "une date claire pour la perspective d'un retrait des troupes étrangères", ajoute-t-il. "Je ne dis pas que les troupes étrangères doivent partir demain. Je dis que nous devons" établir "un calendrier" fixant la "date à laquelle les troupes étrangères partiront" et à partir de cette date, établir un programme national, régional, et international.

"Nous avons besoin d'un horizon clair pour le départ des troupes étrangères et le retour de la pleine souveraineté en Irak", dit encore le Premier ministre, précisant que "les choses ne s'amélioreront pas" tant que n'auront pas été fixés les étapes et l'objectif d'un retrait total. "Je ne connais pas un seul sujet diplomatique qui puisse être réglé sans un programme clair", dit-il.

"Quel que soit le niveau des troupes étrangères en Irak, les choses continueront de se détériorer", estime-t-il. "Ce n'est pas une question de nombres, c'est une question de principes".

"Aujourd'hui, la présence militaire est considérée comme illégitime par les Irakiens, alors nous devons changer les choses. Nous devons commencer par cela, pas finir avec cela", juge le Premier ministre français. L'idée consistant à dire que "des troupes étrangères vont partir quand l'Irak sera démocratique" est "absurde".

Estimant qu'il y a "beaucoup de personnes qui ne veulent pas" que la crise en Irak soit réglée, Dominique de Villepin souligne à nouveau qu'il "n'y a pas de solution militaire en Irak" et, parlant d'un diagnostic "cruel", juge que "les Etats-Unis ont échoué" dans ce pays.

Pour sortir de la crise, la réponse doit comprendre, selon lui, plusieurs niveaux, dont le premier est une "mobilisation" en Irak, et une prise de responsabilité à l'échelle interne. Le deuxième niveau doit être d'ordre régional, selon le Premier ministre français qui souligne la nécessité de "renforcer le dialogue avec les Etats voisins de l'Irak". Enfin, une mobilisation doit avoir lieu, d'après lui, au niveau international. "Pour moi", dit-il, "c'est le point de départ d'un rétablissement en Irak".

Publié dans Divers

Commenter cet article