M. de Villepin esquisse le chemin d'une croissance plus forte

Publié le par rezeid

A quelques semaines de son départ de Matignon, Dominique de Villepin s'est livré, mardi 6 mars, à un exercice délicat : avancer un certain nombre de propositions concrètes pour remettre durablement l'économie française sur le chemin d'une croissance de 3 %, alors que la hausse du produit intérieur brut (PIB) a été de 1,2 % en 2005, de 2 % en 2006, et devrait rester du même ordre en 2007.

 


Le premier ministre a réuni dans la matinée une conférence nationale sur la croissance au ministère de l'économie et des finances, en présence de plusieurs ministres, du patronat et des syndicats, de chefs d'entreprise et des membres de la Commission économique de la nation. Ce rendez-vous, moins attendu que les deux précédents, sur l'emploi et le pouvoir d'achat et sur les finances publiques, est censé, selon Matignon, "aider à fixer collectivement un cap en matière de croissance"

"Si nous voulons franchir de nouvelles étapes, nous avons besoin de choix poursuivis sur le long terme, pendant dix ans, pendant quinze ans. Une croissance de 3 %, un taux de chômage de 6 % et une dette publique ramenée à 55 % du PIB à l'horizon 2012, ce sont des objectifs qui doivent être aujourd'hui partagés par tous", a assuré M. de Villepin, comme s'il laissait une feuille de route à son successeur.

Le chef du gouvernement a exprimé sa conviction que la France peut passer de 2 % à 3 % de croissance sans remettre en cause son modèle social ni se sentir obligée de ressembler aux Anglo-saxons. Pour développer le volume d'emplois, notoirement insuffisant, et soutenir l'innovation, M. de Villepin a avancé plusieurs mesures d'une facture classique, comme la fusion de l'ANPE et l'Unedic (également défendue par Nicolas Sarkozy), une meilleure indemnisation des jeunes au chômage, un système de formation plus adapté aux personnes peu ou pas qualifiées.

Plus novatrice, en revanche, est la demande qu'il a formulée à l'Insee de "mettre à la disposition de tous les Français 2 ou 3 indicateurs qui ne soient pas seulement des indicateurs de croissance mais également des indicateurs de progrès durable" tenant compte des composantes sociales de l'activité économique.

L'idée d'un "Small Business Act" à la française, réservant une part des marchés publics aux PME, fait aussi son chemin. A charge pour le prochain gouvernement de la défendre au niveau européen et à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Lundi, Matignon insistait sur la convergence de vues entre le premier ministre et le prix Nobel d'économie américain Edmund Phelps. Ce dernier a ouvert la conférence sur la croissance, en compagnie de l'économiste en chef de l'OCDE, Jean-Philippe Cotis. Et en faisant valoir que la faiblesse de la croissance française n'est pas due à notre modèle social, mais à la place insuffisante faite, dans notre pays, aux nouveaux entrants : les jeunes et les entreprises innovantes.

Publié dans Croissance

Commenter cet article

Guillaume 08/03/2007 18:09

Lucide, je m'en réjouis aussi!!!

Lucide 08/03/2007 00:19

Par ailleurs, ce qui devait arriver est en train de se réaliser, et ce n'est point une surprise : C'est le début de la fin ou Sarkosy c'est bientôt fini !
Article très intéressant paru dans "le monde du 7 mars http://villepinouunevisiondelafrance.hautetfort.com/"

Guillaume 07/03/2007 20:16

Intéressant de voir que Villepin reprend les propositions du programme de François BAYROU... très intéressant!!!