Villepin commence à trouver le temps long à Matignon

Publié le par rezeid

Le premier ministre continue de ronger son frein et d'enrager de ne pas être un des acteurs de cette présidentielle.

 
Le premier ministre commencerait-il à trouver le temps long à Matignon ? Recevant, hier à l'occasion de la journée des femmes, les conseillères de son cabinet et leurs assistantes, Dominique de Villepin a laissé percer son vague à l'âme. Il a avoué que « Matignon est une maison difficile, exigeante ». Manifestement, la période où il répétait à qui voulait l'entendre qu'il était « heureux » à Matignon est derrière lui.
 
Dans l'attente de l'intervention de Jacques Chirac, le premier ministre continue de se tenir soigneusement à l'écart de la campagne de Nicolas Sarkozy. Dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France à paraître aujourd'hui, il fait un nouveau pas vers le candidat UMP. Sans prononcer explicitement le mot de « soutien ». Mais il assure qu'il n'est pas « homme à se retirer sur son Aventin » et qu'il exprimera ses « con­victions le jour venu ».
 
Bref, Villepin continue de ronger son frein et d'enrager de ne pas être un des acteurs de cette présidentielle.
 
Cela ne l'empêche pas d'évoquer la campagne, avec ses partisans. Mardi soir, une quinzaine de parlementaires se sont retrouvés à Matignon. L'occasion de commenter la percée de Bayrou. La plupart des villepinistes se sont accordés - un brin admiratifs, un brin désemparés - pour dire que le candidat est « en train de créer une dynamique qui plaît à une partie de nos électeurs ». Ils ont également traité le cas Le Pen et la décision de Nicolas Sarkozy de l'aider à réunir les parrainages : « Ce mélange des genres est dangereux », ont regretté certains villepinistes.
 
Villepin, lui, réserve ses commentaires pour plus tard. Après la déclaration du chef de l'État, il a prévu d'effectuer un voyage aux États-Unis, du 15 au 17 mars, où il fera escale à New York et Boston.

Publié dans Divers

Commenter cet article

PHG 09/03/2007 18:44

Samira

"Je ploie sous la souffrance car je viens d'avoir la confirmation d'après ce que je viens de lire d'une dépêche Reuters, que Dominique de Villepin n'ira pas à l'élection présidentielle."

Arretez de plier sous la souffrance !!! Une dépêche dans les circonstances présentes ne veut rien dire.

N'oubliez pas que MERMOZ aurait réussit à atteindre l'Amérique selon certaine agence de presse. On l'attend toujours !!!!

Lucide 09/03/2007 15:07

A l'aide !!! le bateau prend l'eau !!!!!


Publié le 09 mars 2007 à 14h25 Borloo dément "tout accord" avec Sarkozy
Le ministre de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo a "démenti formellement" vendredi les propos de Rachida Dati, porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, en assurant qu'"aucun accord n'est intervenu à ce jour" entre les deux hommes.
Dans un communiqué, Jean-Louis Borloo a souligné que "Rachida Dati n'est pas son porte-parole".

Lucide 09/03/2007 15:06

L’effet de surprise !!!!

Et si Jacques Chirac y allait ???

samira 09/03/2007 13:58

Je ploie sous la souffrance car je viens d'avoir la confirmation d'après ce que je viens de lire d'une dépêche Reuters, que Dominique de Villepin n'ira pas à l'élection présidentielle. Nous n'aurons donc aucun candidat gaulliste à cette élection.

Vu tous les discours et toutes les actions de Dominique de Villepin, il est pour moi clair qu'une seule personne pouvait le bloquer c'était Chirac. Il n'y a que lui qui pouvait empêcher Dominique de Villepin d'y aller en le privant de ses réseaux de soutiens. Où est l'intérêt de la France et des Français dans ces calculs? Comment accepter qu'il se permette de le sacrifier après avoir sacrifié Juppé?

C'est une effroyable inconscience qui marque la traversée du désert du Gaullisme. C'est vis à vis de la France que c'est grave. Sans compter la souffrance qu'un homme de la stature de DDV doit ressentir en voyant que ce sont des gens qui ne lui arrivent même pas à la cheville qui vont accéder à la présidence de notre pays. Ce pays qu'il aime tant. Ce pays dont il porte avec tant de panache les valeurs.

Chirac aura procédé comme Mitterrand: provoquer une alternance après lui. De plus, dans la mesure où les 4 candidats potentiels n'ont aucune compétence à l'international, ils ne pourront que faire apparaitre que Chirac avait, lui, des compétences à l'international.

Par contre si DDV lui avait succédé, et il avait toutes les chances d'être élu, il est évident qu'il aurait eu une présidence magistrale et il aurait redonné de la flamboyance à la France. De fait, cela aurait ramené le bilan de Chirac à sa juste mesure. Pour moi, de ses douze ans de présidence on ne retiendra que les résultats des deux années de DDV.

Les Français ont bien raison de ne plus faire confiance à leur classe politique. Pour moi, je ne serai tranquille que lorsque le candidat pour lequel Chirac a empêché DDV de se présenter devant son peuple, sera battu!

Il faut un temps pour tout chez les êtres humains: la déprime laissera très bientôt place à la révolte. Les villepinistes travailleront à faire barrage à l'atlantiste, communautariste qui a leurs yeux est un anti-Gaulliste.

Les Villepinistes sont des Gaullistes et vous vous rendrez bien compte lors du scrutin de quel côté tous ceux qui sont attachés à une certaine idée de la France feront pencher la balance! Des Gaullistes, il y en a partout et ceux qui aujourd'hui s'orientent vers un vote par défaut sur Bayrou en sont.

Quoique dise Dominique de Villepin ces jours-ci pour soutenir Sarko nous ne croyons rien de ce qu'il dira. Il y a été forcé par Chirac et nous le savons tous. J'espère seulement pour DDV, en tant qu'être humain, qu'il cessera rapidement son cirque car sinon il en paiera la facture lourde au niveau psychologique. Il l'a dit à Laurence Ferrari: "j'ai toujours été avant tout fidèle à moi-même et à mes idéaux". Pour rester debout pour la suite, il lui faut continuer cet engagement et ce respect envers lui-même. C'est une absolue nécessité.

Nous resterons fidèle à Dominique de Villepin et l'aiderons à se reconstruire car la France a besoin de lui. La France a très peu de personnalités de son calibre. Nous ne pouvons donc pas accepter qu'il se gâche! Passé sa phase d'isolement où il devra se retrouver face à lui-même, (c'est très souvent un passage obligé de solitude qui permet de se ressourcer et de faire le bilan et d'accepter de regarder ses erreurs et ses victoires), il lui faudra revenir pour bâtir un nouvel élan pour la France. Il aime la France, il ne pourra que revenir. Pour moi sa seule erreur aura été de rester fidèle à Chirac. Cet homme ne le méritait pas. La France et sa démocratie pâtissent aujourd'hui de la fidélité de DDV à Chirac.