Dernière conférence mensuelle de Villepin : les principales annonces

Publié le par rezeid

Le Premier ministre a défendu le bilan de son gouvernement en matière d'emploi et de finances publiques. Il a aussi donné ses perspectives sur les grands enjeux des mois à venir  

A vingt jours du premier tour de la présidentielle et alors que Nicolas Sarkozy a présenté son projet ce matin, Dominique de Villepin a tenu, à Matignon, sa vingtième et dernière conférence de presse mensuelle. Lors de ce rendez-vous, fixé par le Premier ministre à son arrivée au pouvoir, en juin 2005, le chef de gouvernement a tenté de dresser un bilan et donner quelques perspectives sur les grands enjeux des mois à venir. Tour d'horizon

EMPLOI

Cliquez ici

Les statistiques sur le nombre de demandeurs d'emploi sont "les chiffres de l'Insee, confirmés par l'OCDE", a déclaré Dominique de Villepin en réponse à la polémique sur la réalité de l'ampleur de la baisse du chômage. "Au lieu de polémiquer sur les chiffres, essayons plutôt de faire baisser davantage le chômage et de créer davantage d'emplois de qualité dans notre pays", a-t-il souligné. L'office statistique européen Eurostat a révisé le taux de chômage moyen sur l'ensemble de l'année 2006 en France à 9,4% contre 9% selon l'estimation précédente. Pour février, Eurostat évalue à 8,8% le taux de chômage, contre 8,4% annoncé par l'Insee jeudi. Ces dernières statistiques sont contestées par plusieurs candidats.

FINANCES PUBLIQUES

Cliquez ici

Dominique de Villepin a indiqué miser sur "un chiffre de 2,3%" de déficit public pour 2007, ce qui rapprochera la France "des pays les plus vertueux en Europe". "Notre endettement public a lui aussi reculé rapidement. Il pourra passer cette année sous les 63% du PIB", a-t-il également affirmé. (En savoir plus)

SUEZ-GAZ DE FRANCE

Cliquez ici

Interrogé sur la fusion entre Suez et Gaz de France toujours en "stand-by", le Premier ministre Dominique de Villepin a rappelé l'intérêt pour la France d'une "grande entreprise du domaine de l'énergie". Mais l'hôte de Matignon a bien vite donné la parole au ministre de l'Economie et des Finances. Thierry Breton s'est donc employé à rassurer sur l'ouverture totale des marchés de l'électricité et du gaz à la concurrence, pour laquelle les décrets d'application seront pris à temps, c'est-à-dire avant le 1er juillet. En revanche, il n'a pas précisé si le décret qui autorisait la privatisation de Gaz de France serait signé au cours des semaines à venir. Il semble que la parution de ce texte, délicate en période électorale, soit toujours bloquée par Matignon.

PRESIDENTIELLE

Cliquez ici

Dominique de Villepin a réaffirmé qu'il se tenait aux côtés de Nicolas Sarkozy, le candidat UMP à la présidentielle étant selon lui le "mieux à même" de réformer la France. Les Français "demandent des choix courageux et modernes. (...) Je suis convaincu que le candidat de notre famille est aujourd'hui le mieux à même de porter ces choix", a dit le Premier ministre lors de son ultime conférence de presse mensuelle, tenue à Matignon. "Je suis à ses côtés", a-t-il ajouté, "pour défendre la vision d'un pays qui poursuit rassemblé dans la voie du changement". Le chef du gouvernement avait officiellement apporté le 12 mars son soutien à Nicolas Sarkozy, longtemps son grand rival.

Dominique de Villepin a par ailleurs affirmé que "rien ne serait pire" pour la France "que de revenir en arrière, comme le propose aujourd'hui le Parti socialiste". "Les Français demandent des choix courageux et modernes, ils veulent renouer avec l'esprit pionnier de la France. Il est temps que notre pays retrouve cette audace qui a impressionné les autres peuples du monde et qui a toujours fait notre force", a déclaré le Premier ministre. Soulignant que l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne "se sont engagés dans la voie de réformes courageuses", il a estimé que la France devait elle aussi "franchir ce pas". "Sachons regarder la réalité en face, il ne sert à rien de refuser de voir la mondialisation. Nous ne dresserons pas des barrières entre le monde et nous: ce n'est pas possible, ce n'est de l'intérêt de personne", a-t-il dit.

VI REPUBLIQUE

Dominique de Villepin s'est opposé à la récente proposition de la candidate socialiste Ségolène Royal de créer une "VIè République". "Les institutions de la Vè République me paraissent répondre parfaitement aux impératifs de la décision publique. Ce n'est pas la République qu'il faut transformer, ce sont les blocages de la société française qu'il faut lever", a-t-il affirmé. "Ne nous plaignons pas des institutions, c'est en général la volonté qui fait défaut plus que les instruments", a-t-il poursuivi. (Notre dossier sur la présidentielle)

MESSAGE AU PROCHAIN GOUVERNEMENT

Cliquez ici

Le prochain gouvernement devra apporter aux Français "de l'action et des résultats", a affirmé le Premier ministre Dominique de Villepin. Selon lui, "le rythme de l'action publique a changé" du fait de l'instauration du quinquennat : "Les résultats doivent venir vite, les changements doivent être perceptibles rapidement". "Tout ce qui concerne l'emploi, la compétitivité de nos entreprises et le pouvoir d'achat des Français me paraît prioritaire", a-t-il ajouté. "Ce qui a été entrepris doit être poursuivi", a-t-il poursuivi: "Ne perdons pas de temps à détruire ce qui marche, par idéologie ou par volonté de faire autrement. Soyons capables de garder les outils et les réformes qui ont apporté la preuve de leur efficacité pour nous consacrer à de nouveaux chantiers". Il a encore estimé que le changement de gouvernement ne devait pas "se traduire par une perte de temps pour les Français". Le chef du gouvernement a ainsi rappelé avoir donné pour instruction aux ministres de transmettre à leurs successeurs "tous les éléments nécessaires à une prise de décision efficace et juste".

IMMIGRATION

Cliquez ici

Dominique de Villepin a déclaré qu'il n'était "pas tout à fait d'accord" avec Nicolas Sarkozy sur la création d'un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale, indiquant qu'il préférait la naissance d'une "Agence de l'immigration". "Moi, je dois dire clairement que quand le débat a été posé, je n'étais pas pour ma part favorable à la création d'un ministère en tant que tel et la proposition de Nicolas Sarkozy qui déjà, à cette époque, se prononçait pour un ministère à part entière, eh bien nous n'étions pas de ce point de vue-là tout à fait d'accord", a déclaré le Premier ministre. Le candidat de l'UMP à la présidentielle, Nicolas Sarkozy, a créé la polémique en se prononçant pour la création d'un "ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale". "S'il faut aller plus loin, j'aurais tendance à préconiser plutôt une Agence de l'immigration comme cela existe dans d'autres pays, car je crois que le fait de placer techniquement cette question dans un cadre interministériel est une bonne chose" a ajouté Dominique de Villepin, même s'il reste "convaincu" que le ministère de l'Intérieur doit avoir "une vocation de coordination dans ce domaine".

Publié dans Divers

Commenter cet article

Vincent 11/04/2007 12:49

Les instituts de sondage jouent-ils un rôle dans la campagne électorale ? Les raisons pour lesquelles je voterai François BAYROU.
Constats :
Avant même le 1er tour, les instituts de sondage et surtout les diffuseurs (presse écrite, radio, TV) ne nous présentent pas toutes les éventualités et les sondages dans leur intégralité.

Selon eux, il n’y a que Nicolas Sarkozy qui soit assuré d’être présent au 2ème tour et encore il ne pourrait être opposé qu’à Ségolène Royal.

Pourquoi exclure de la diffusion ou même des enquêtes de sondage un 2ème tour Bayrou / Royal ou Bayrou / Sarkozy, ou encore Le Pen / Sarkozy ou Bayrou / Le Pen ou Royal / Le Pen ? Est-ce si fantaisiste d’envisager que Sarkozy soit absent du 2ème tour ou Le Pen présent à ce 2ème tour ?

Analyse :
Il me semble que nombre de propriétaires de diffuseurs (presse écrite, radio, TV) liés étroitement à l’UMP choisissent se complaisent à envisager un duel DROITE / GAUCHE au 2ème tour afin de privilégier la victoire de Nicolas Sarkozy opposé à Ségolène Royal.
Il me semble qu’ils se complaisent à laisser la France dans cet état perpétuel d’opposition entre deux partis qui gouvernent depuis 30 ans et ne veulent pas d’une recomposition du paysage politique qui pourrait aller à l’encontre de leurs intérêts capitalistes.

Pourquoi ne diffusent-ils pas d’autres résultats possibles que les sondages effectués révèlent. Je ne suis pas à leur place mais je crains qu’à travers une diffusion tronquée des sondages, ils veulent assurer à Nicolas Sarkozy une élection royale.

ET POURTANT :

Selon une enquête Ipsos de mardi dernier, Sarkozy l'emporterait largement sur Royal (54% contre 46%)....
MAIS SARKOZY serait largement battu par Bayrou (53,5% contre 46,5%).

Encore faudrait-il que celui-ci accède au second tour.
Et le fait de diffuser largement ce sondage ne risquerait-il pas de développer le VOTE UTILE pour battre Sarkozy, ce qu’ils ne souhaitent pas naturellement ?

ALORS ?
Je ne souhaite pas voir Nicolas Sarkozy Président : Monsieur « MOI Je sais tout » qui promet tout à tout le monde.
J’en ai marre de la notion Droite / Gauche.
Le social n’est pas l’apanage de la Gauche. La sécurité n’est pas l’apanage de la Droite. Tous les citoyens ont parfois besoin, à un moment ou un autre, pour eux-même ou l’un de leurs proches, d’un accompagnement social. Tous les citoyens ont besoin de vivre dans un quartier où la sécurité est présente.
Il est temps de fédérer les énergies pour une France plus juste, humaine où l’économie ne doit pas être au service des fonds de pensions, des intérêts exclusifs des actionnaires mais au service du BIEN-ETRE DES HABITANTS.
Je souhaite que Nicolas Sarkozy – l’ami de Doc Gynéco, de Pagny, de Johnny Halliday –fumeurs de shit et parfois expatriés, de Pascal Sevran, de la famille Bouygues, du groupe Dassault.
Je partage mon soutien avec les 13 % d’électeurs qui avaient déjà voté UDF aux élections régionales de 2002 après la présidentielle. Et ce nombre de sympathisants ne fait que croître tant nous sommes nombreux à VOULOIR LE CHANGEMENT.
Je reconnais en François BAYROU une stature d’Homme d’Etat, posé, raisonnable, non agité, qui accepte le débat contradictoire.
Je reconnais en lui une volonté de RASSEMBLER et non d’opposer les habitats de notre pays.
Je lui reconnais sa volonté de non-compromission avec l’appareil UMP.

Je voterai François BAYROU au premier tour et vous invite à en faire de même pour faire gagner la France, pour nous faire gagner.
Et nous donnerons ensuite à l'UDF, aux législatives qui se dérouleront les semaines suivantes, la majorité qui lui permettra de gouverner CAR nous sommes logiques et intelligents.

Battons Nicolas Sarkozy pour faire gagner la FRANCE.