LA BIBLIOTHÈQUE IMPÉRIALE DE DOMINIQUE DE VILLEPIN

Publié le par rezeid

Le 19 mars 2008, la SVV Pierre Bergé & associés dispersera à Drouot la collection de livres et de manuscrits sur Napoléon Ier et l’Empire réunie depuis plus de trente ans par Dominique de Villepin.

En introduction à son ouvrage sur les Cent-Jours, Dominique de Villepin confesse : « Voilà bien des années que je poursuis les traces de l’aventure napoléonienne. A la course de l’enfant fasciné par l’illustre bicorne se sont ajoutés plus tard le sel des histoires vécues, l’interrogation sur le destin d’un homme, sur l’étrange alchimie de l’histoire et du mythe, sur les chemins et détours de la mémoire. » Car Dominique de Villepin n’a jamais dissocié politique et littérature : parallèlement à sa carrière au service de l’Etat, il a publié des essais remarqués. Sa saga impériale est en voie d’achèvement : après Les Cent-Jours ou l’Esprit de sacrifi ce en 2001 (Grand prix de la Fondation Napoléon et prix des Ambassadeurs) et Le Soleil noir de la puissance (2007), La Chute ou l’Empire impossible verra le jour dans le courant de l’année 2008.


Bibliothèque de lecture avant tout, la collection de Dominique de Villepin est aussi celle d’un bibliophile privilégiant les premières éditions, les tirages sur grand papier et les provenances. Elle témoigne d’un goût marqué pour les exemplaires de choix, le plus souvent en reliure du temps. Les exemplaires brochés, en condition originelle, ont été soigneusement protégés dans des emboîtages en demi-maroquin.


Outre les livres imprimés, Dominique de Villepin a rassemblé des pièces autographes, comme pour rendre plus sensible la présence de l’Empereur et des contemporains de marque : lettres signées de la griffe impériale, correspondances de ministres ou de maréchaux, etc. Parmi les pièces les plus singulières, on relève des lettres de l’Empereur à Cambacérès, Drouot et Eugène de Beauharnais, ainsi que de belles lettres de Lucien Bonaparte, Chateaubriand, Murat, Talleyrand…


Passionné par cet « âge de feu où politique et littérature ne faisaient qu’un », selon sa propre formule, Dominique de Villepin a voulu joindre aux écrits politiques et aux mémoires des principaux protagonistes, des oeuvres littéraires marquantes du temps : les romans Directoire de Fiévée – La Dot de Suzette ou Frédéric –, les livres de Mme de Staël – dont un exemplaire de De l’infl uence des passions annoté par Roederer –, la véritable édition originale d’Adolphe de Benjamin Constant imprimée à Londres en 1816, Le Génie du christianisme de Chateaubriand et jusqu’aux Mémoires d’outre-tombe, parus longtemps après la disparition de l’Empereur mais dont ils façonnèrent la légende.

 

Cette collection présente une réelle unité intellectuelle. Elle rassemble, d’une façon volontairement sélective, tous les grands textes qui ont marqué les contemporains et la postérité. Elle refl ète en cela la singularité d’un itinéraire où l’action publique se nourrit d’une réfl exion permanente sur l’histoire et la mémoire.

Publié dans Divers

Commenter cet article

Jean Philippe 13/02/2008 00:05

Bonsoir,

Fidèle admirateur, permettez moi de vous adressez mes plus sincères féliciations pour votre action et votre panache. Une seule suggestion: battez-vous!
Je reviens à votre collection. Est-il possible d'admirer avant d'acheter cette collection SVP?
Par ailleurs, disposez vous d'informations pratiques sur la vente et ses conditions?
Par avance, merci

Jean Philippe