Dominique de Villepin à Moscou pour parler économie et diplomatie

Publié le par rezeid


Le Premier ministre français Dominique de Villepin est arrivé lundi en fin d'après-midi à Moscou pour une visite de 24 heures destinée à renforcer la coopération économique franco-russe mais pendant laquelle il devait aborder aussi les dossiers internationaux du moment, Iran en tête, lors d'un entretien mardi avec le président Vladimir Poutine.

Après avoir visité le Centre d'études spatiales Lavotchkine et rencontré la communauté française à l'ambassade de France, il a profité d'un dîner avec son homologue russe Mikhaïl Fradkov pour prôner "une nouvelle impulsion" dans les relations économiques franco-russes.

Il s'est ainsi fixé "pour objectif" d'augmenter de "10% par an" le nombre d'entreprises françaises présentes en Russie. Actuellement, quelque 450 d'entre elles sont implantées sur le sol russe.

Mardi matin, les relations économiques et commerciales bilatérales seront également au coeur du 11e séminaire intergouvernemental franco-russe, qui se tient chaque année alternativement en France et en Russie et qui aura cette fois-ci pour thème l'innovation et les hautes technologies, sous la présidence de MM. de Villepin et Fradkov.

"Nous pouvons aller plus loin" et "améliorer les performances", a insisté M. de Villepin. De fait, la France n'est que le 9e partenaire commercial de Moscou et le 6e investisseur en Russie. Le marché russe ne représente que 0,7% des exportations françaises.

Côté français, plusieurs ministres accompagnent M. de Villepin -Thierry Breton (Economie), attendu dans la soirée, Dominique Perben (Transports et Equipement) et François Goulard (Recherche)- ainsi qu'une quinzaine de chefs d'entreprise français, dont Jean-Paul Bechat (Safran), Jean-François Cirelli (Gaz de France), Noël Forgeard (EADS), Anne Lauvergeon (Areva), Jean-Yves Le Gall (Arianespace), Christophe de Margerie (Total), Yannick d'Escatha (Cnes), Alain Bugat (Commissariat à l'énergie atomique) et Denis Ranque (Thales).

Plusieurs accords devraient être signés dans les domaines énergétique, spatial, du numérique, de la formation, selon Paris, qui cite aussi un accord de coopération dans le domaine de la destruction des armes chimiques et un autre sur la protection du droit de propriété intellectuelle.

"C'est un voyage assez stratégique. On sème plus qu'on ne récolte mais il y aura une belle corbeille d'accords", a indiqué un membre de l'entourage de M. de Villepin.

Le Premier ministre, qui salue "une relation d'exception" entre les deux pays, rencontrera mardi le président Poutine pour un tour d'horizon des questions internationales : fournitures énergétiques russes, Iran, grippe aviaire, situation au Proche-Orient avec les incidents liés à la publication de caricatures de Mahomet mais aussi les territoires occupés, après l'initiative russe d'inviter à Moscou les dirigeants du Hamas, vainqueurs des législatives palestiniennes.

Contrairement à Israël, Paris n'a pas désapprouvé cette démarche. "Si, par le dialogue, le Hamas est amené à s'engager dans la voie du refus de la violence, nous ne pourrons que nous en féliciter", a dit M. de Villepin.

"Tous les sujets" seront abordés, y compris la Tchétchénie, a-t-il assuré.

Il a déjà demandé à Moscou de laisser les organisations non gouvernementales "déployer leur action librement, dans le respect du droit". Une critique implicite de la récente loi russe qui introduit de nouvelles restrictions contre les ONG.

source: www.la-croix.com

Publié dans dominiquedevillepin

Commenter cet article