Les trois défis assignés à la Commission université-emploi

Publié le par rezeid

Elle est chargée de présenter des propositions sur l'orientation, la professionnalisation des études, l'apprentissage et l'alternance.

 
 
LA COMMISSION de seize membres, présidée par le recteur de l'académie de Limoges ? Patrick Hetzel, formulera une première série de propositions à la mi-juin sur trois thèmes : l'orientation, la professionnalisation des études, l'apprentissage et l'alternance. Le rapport définitif est attendu en octobre. Mais les premières mesures pourraient être appliquées dès la rentrée 2006. Le gouvernement est prêt à débloquer les moyens nécessaires «dans le projet de loi de finances 2007», a expliqué le premier ministre.
 
Le débat qui doit avoir lieu «partout en France» se veut ouvert : élus nationaux et locaux, présidents d'université, syndicats, représentants à chaque conseil économique et social régional, représentants des étudiants seront tous sollicités à la manière du débat Thélot sur l'école en 2003. La composition de la commission est le reflet de cette diversité, associant une sociologue reconnue comme Marie Duru-Bellat, des professeurs et des présidents d'université, mais aussi Laurence Baret, la directrice des relations humaines du groupe Danone, Françoise Holder, la directrice des boulangeries Paul ou encore Sylvain Lecoq, le président du Cercle Vinci.
 
Parmi les mesures «d'urgence» à mettre en oeuvre, un plan de rénovation des universités sera lancé «dans les semaines à venir» car «tous les étudiants doivent pouvoir étudier dans de bonnes conditions», a annoncé le premier ministre. Les contrats de projet Etat-Région pour les années 2007-2012 donneront la priorité à l'immobilier universitaire et au logement des étudiants, avec un effort particulier sur les bibliothèques et l'équipement informatique.
 
Le défi «essentiel» reste toutefois celui de «l'égalité des chances», selon Dominique de Villepin. Aussi les dispositifs d'aide sociale seront-ils réévalués : les bourses au mérite et les bourses de mobilité seront augmentées afin que davantage d'étudiants puissent «enrichir leur cursus d'une période d'études à l'étranger». Une allocation de tutorat sera par ailleurs créée pour ceux qui acceptent d'accompagner les lycéens des quartiers difficiles vers les études supérieures.
 
Surtout, les bourses seront prolongées de trois mois pour les étudiants une fois leur diplôme obtenu, afin de faciliter leur insertion sur le marché du travail. Une mesure qui pourrait entrer en vigueur dès cet été. «Je sais que le passage de l'université à l'emploi est délicat pour beaucoup de jeunes qui n'ont pas de ressources nécessaires», a insisté le premier ministre. «J'en ai déjà parlé avec certaines organisations étudiantes», reçues ces quinze derniers jours à Matignon. «Toutes les pistes d'amélioration des dispositifs d'aide sociale doivent être examinées», a-t-il souligné.
 
Plus largement, Dominique de Villepin estime que pour que les universités françaises soient en mesure de se placer aux premiers rangs dans le monde, le système universitaire doit être réformé. Il a avancé des pistes de réflexion autour de «trois sujets difficiles» : l'autonomie des universités car le système actuel doit évoluer «vers une plus grande liberté et davantage de responsabilités pour les universités», la gouvernance et le financement des campus «qui n'est pas à la hauteur des besoins».
 

Publié dans dominiquedevillepin

Commenter cet article