Le Premier ministre plaide pour une adaptation du modèle social français

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin est intervenu, le 26 février, devant le Conseil économique et social (CES) pour faire le point sur les questions sociales essentielles. Ce nouveau rendez-vous annuel, souhaité par le président de la République, s’inscrit dans le cadre de la loi de modernisation du dialogue social.

Le Premier ministre a rappelé son attachement au modèle social français qui doit se fonder sur "une croissance généreuse qui profite à tous". En moins de deux ans, le taux de chômage est passé de 10,2 % à 8,6 % de la population active. Cette baisse est la résultante d’une "politique pragmatique" : mise en oeuvre du contrat nouvelles embauches, augmentation de 25 % du Smic horaire, doublement de la prime pour l’emploi. Par ailleurs, les bases "d’une véritable croissance sociale" ont été jetées : elles se fondent sur "un dialogue social rénové".

Dominique de Villepin plaide pour "un meilleur équilibre entre la protection des salariés et la souplesse des entreprises". Pour lui, trois chantiers doivent être engagés pour "instaurer une véritable flexisécurité à la française" : faire évoluer le droit du travail et le contrat de travail, réformer la formation professionnelle et refondre le service public de l’emploi par une fusion de l’ANPE et de l’Unedic.

Valoriser le mérite et promouvoir la diversité

"Deuxième choix collectif ... essentiel à l’avenir français" : l’égalité des chances. Des "points" ont été marqués, à travers la création des 249 collèges ambition réussite, le financement de la rénovation des quartiers, à hauteur de 30 milliards d’euros, et la mise en place de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité.

Il convient de poursuivre l’amélioration du système éducatif et le combat en faveur de l’égalité homme femme en facilitant la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Le Premier ministre propose, dans cette perspective, la création "d’un service national de la petite enfance".

Faire face au vieillissement de la population

Dominique de Villepin souhaite que la société française se prépare dès aujourd’hui aux conséquences du vieillissement en adaptant notamment son système de santé. A cet égard, la maladie d’Alzheimer a été proclamée grande cause nationale en 2007.

Par ailleurs, concernant la réforme des retraites, si 2003 a constitué une première étape significative, "2008 est une échéance majeure qui doit être préparée dans la concertation".

"Notre pays est à un tournant. Soit il se donne les moyens de poursuivre l’adaptation nécessaire de son modèle social (...). Soit nous en restons à un statu quo à la fois coûteux et irresponsable dont les français seront les premières victimes", a conclu Dominique de Villepin.

source: site du Premier Ministre

Publié dans Divers

Commenter cet article