Retraites, service civil, carte scolaire: nouveau round Villepin/Sarkozy

Publié le par rezeid

Régimes spéciaux de retraites, mais aussi service civil ou carte scolaire: Nicolas Sarkozy a profité jeudi de la convention sur le logement de l'UMP pour répondre aux critiques formulées à son encontre par Dominique de Villepin sur trois sujets sensibles.A moins de huit mois de la présidentielle, et deux petites semaines après l'université d'été de l'UMP au cours de laquelle les numéros un et deux du gouvernement avaient voulu afficher leur entente, les escarmouches se multiplient entre eux.

 

En cas de victoire en 2007, "nous ferons la réforme" des régimes spéciaux des retraites parce qu'elle "doit être faite", a affirmé M. Sarkozy, alors que la CGT-cheminots a appelé à une grève en octobre pour protester contre la perspective d'une telle réforme.

Le président de l'UMP répliquait au chef du gouvernement, qui, la veille, avait mis en garde contre toute réforme des conditions de retraites faites notamment aux salariés de GDF et EDF, RATP et SNCF.

 

Il ne faut pas "monter certains Français contre d'autres", avait conseillé M. de Villepin, répondant à François Fillon, responsable du projet législatif de l'UMP pour 2007.

 

Mardi, l'ancien ministre des Affaires sociales, aujourd'hui conseiller politique de Nicolas Sarkozy, avait annoncé une réforme des régimes spéciaux au début de la prochaine législature.

 

En appui de M. Fillon, M. Sarkozy a dit qu'il demanderait au Conseil d'orientation des retraites de "faire un constat" et de "tracer les pistes". "Nous le mettrons en discussion avec les partenaires sociaux".

 

"Je sais d'expérience qu'une bonne réforme est une réforme concertée, qui a du dialogue, où il y a un constat partagé", a glissé le ministre de l'Intérieur, renvoyant ainsi implicitement au Contrat première embauche, sur lequel il avait été reproché au Premier ministre d'avoir voulu passer en force.

 

Dans la soirée, sur France 2, M. Sarkozy a estimé que celui qui choisira le statu quo en matière de retraites, "celui-là ne respectera pas les Français".

 

Mais il "comprend parfaitement" que ce ne soit pas le moment pour le gouvernement de s'y atteler, au cours des sept mois de travail qui lui restent.

 

Lui-même fera "ce travail" s'il est "en situation". D'ailleurs sa "stratégie est simple: tout dire avant, pour tout faire après".

 

Autres sujets de contentieux: la carte scolaire et le service civil obligatoire.

 

"Où est la liberté si on n'a pas le droit de choisir l'école de ses enfants?", s'est exclamé M. Sarkozy.

 

La semaine dernière, le Premier ministre avait jugé que la suppression de la carte scolaire provoquerait "plus d'injustice". Il avait en revanche annoncé une "concertation" pour aménager le dispositif.

 

M. Sarkozy n'est pas d'accord et l'a redit sur France 2: "la carte scolaire est favorable à ceux qui ont plus de relations et plus d'argent" et "défavorable aux plus modestes".

 

Enfin, alors que M. de Villepin défend un service civil volontaire (créé à la suite de la crise des banlieues fin 2005), M. Sarkozy prône un service civil obligatoire.

 

Si ce n'est pas le cas, "comme toujours, les fils et les filles de bonne famille" n'iront pas et "cela conduira à une société à deux vitesses".

 

Un service civil obligatoire, "je ne suis pas certain" que cela corresponde "aux aspirations des jeunes d'aujourd'hui", avait observé la veille M. de Villepin.

 

 

Publié dans Divers

Commenter cet article